Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

l'Entreprise 2.0 dans une impasse ?

23 Juin 2009 , Rédigé par Tecoman Publié dans #Entreprise 2.0

Dans un article récent intéressant, Olivier Zara, consultant très connu pour ses publications sur l'Intelligence collective, semble pessimiste sur la mise en oeuvre des solutions issues du web 2.0 dans l'Entreprise.

Je cite :

"Aujourd’hui, la plupart des solutions Web 2.0 mises en place dans les grandes entreprises sont dans une impasse ou en voie de l’être. Personne n’en parle, ni l’acheteur, ni le vendeur, parce que l’échec est sans conséquence. Le logiciel est mis en place et après quelques mois plus personne ne l’utilise à l’exception de quelques « déviants » (j’en fais partie !) que j’appelle des « ambassadeurs de l’intelligence collective » ou « créatif culturel ». Il faut espérer qu’un jour, leur rôle soit reconnu et valorisé. Mais, avec ou sans déviants, l’échec passe inaperçu parce qu’un logiciel que personne n’utilise, ça ne fait pas de bruit et ça ne dérange personne. L’organisation continue à fonctionner comme avant et tout le monde est content.


Pourquoi presque personne n’en parle ? Très simple ! La plupart des articles ou des études de cas sont publiés au moment de la mise en place du logiciel ou un peu après. On est encore dans l’euphorie de l’annonce d’une nouvelle entreprise acquise à la cause du Web 2.0. Tout le monde croit sûrement de bonne foi que l’outil va changer la culture, développer des compétences et faire évoluer l’organisation et le fonctionnement. De ce point de vue, le prix de la licence est une très bonne affaire. On serait presque prêt à payer un peu plus pour avoir les croissants au lit le dimanche matin…"


Ce que Olivier Zara explique ici, c'est que l'utilisation des outils 2.0 en Entreprise ne peut fonctionner que :
- s'ils répondent à de réels besoins quotidiens et métiers.
- s'ils sont accompagnés par des mesures de changement de la culture et d'accompagnement
Cette position est d'ailleurs identique à celle défendue par B. Duperrin.

Dans l'extrait ci-dessus, j'aimerais revenir sur le postulat que "
Personne n’en parle, ni l’acheteur, ni le vendeur, parce que l’échec est sans conséquence. Le logiciel est mis en place et après quelques mois plus personne ne l’utilise (...) L’échec passe inaperçu parce qu’un logiciel que personne n’utilise, ça ne fait pas de bruit et ça ne dérange personne."

Si l'échec de ce type de projets est "sans conséquence", et cela doit être le cas effectivement pour un grand nombre d'entre eux, n'est-ce pas le signe :
- que l'organisation a été trop timide dans sa démarche ?
- qu'elle a précisément choisi un projet où le besoin n'était pas assez fort pour être critique en cas d'échec ?

Ne peut-on donc pas imaginer d'implémentation professionnelle de solutions 2.0 qui soit incontournable et donc condamnée à réussir ? Je pense que si, et j'espère bien en apporter la preuve tangible et factuelle ici même dans le courant de l'été.

Mais peut-être faut-il s'entendre sur le vocabulaire. Les outils "2.0" recouvrent un certain nombre de solutions telles que les flux RSS, les Tags (taxonomies et/ou folksonomies), les blogs, les wikis, les commentaires, les votes, les réseaux sociaux,... Tous n'imposent pas les mêmes contraintes en terme de mise en oeuvre, d'accompagnement, de gestion du changement. Mais nous y reviendrons plus tard.

Je reviendrai aussi ultérieurement sur le fait qu'il me semble qu'il y a un certain danger à considérer les solutions 2.0 de manière distincte. Il me semble possible de fusionner tous ces concepts en une solution plus large, plus intégrée, et au final plus proche des besoins réels de l'entreprise.

Par Fabrice Poiraud-Lambert

A lire
:
- 4 idées pour booster l’entreprise 2.0… pour de vrai !
- Le management de l’intelligence collective, vers une nouvelle gouvernance 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article