Mercredi 14 janvier 2009
Aller ! J'ose vous soumettre un "Cadran Magique" à ma sauce, pour plagier le Gartner. Ca vaut ce que ça vaut ("pas grand chose" diront certains ;-), mais c'est une première ébauche de début de frémissement d'embryon de réflexion sur le sujet de la stratégie des éditeurs de solutions de collaboration d'entreprise.

Qu'est-ce qui m'inspire cette réflexion ? L'incroyable grand écart entre les solutions des divers éditeurs, concernant la collaboration.

En gros, il me semble qu'il se dégage deux grandes tendances diamétralement opposées :
- d'un coté les solutions massivement orientées vers la gestion de fichiers, principalement issus de MS Office
- de l'autre, des solutions qui tendent à s'affranchir complètement ou presque des fichiers, pour proposer du contenu en ligne au format web.

Il est assez amusant que je n'ai rien trouvé à mettre dans le cadran Fichier / collaboration : signe que les deux sont antinomiques ? A part éventuellement la gestion des révisions dans MS Word (!), je ne vois guère ce qui associe les deux...

Ce cadran est très incomplet & imparfait (mais peut-être aurez vous envie de m'aider à le complèter ?), mais il tente d'illustrer le grand écart proposé aux organisations :

Option 1 : Continuez à gérer des fichiers bureautiques

Avantages :
- les utilisateurs ne sont pas perturbés (gestion du changement faible)

Inconvénients :
- l'entreprise ne peut pas s'affranchir des coûts de licence liés à MS Office (la migration vers Open Office ou Lotus Symphonie ne semblant pas devoir renverser la tendance de si tôt, étant donné la large prédominance de Microsoft dans ce domaine et les problèmes de compatibilité entre les solutions).
- L'entreprise doit, en plus, aquérir une solution de partage plus souple que les serveurs de fichiers, trop rigides en termes de gestion de droits (centralisés).
- Les usages ne peuvent guère évoluer, car le mix "fichier + arborescence de stockage" ne facilite guère plus que le partage.
- La messagerie, même allégée de pièces jointes centralisées, reste un vecteur difficile à contourner.


Option 2 : Affranchissez vous des fichiers et gérez tout en ligne !

Avantages :
- Apparition de nouveaux usages, tels les commentaires sur du contenu, l'échange de documents sans envoi de message (ex : Google Docs), plus de co-rédaction (qui est possible depuis longtemps dans Lotus Notes, mais guère utilisé) et d'intelligence collective
- Suppression d'outils bureautiques : Les traitements de texte, dans de nombreux cas, peuvent très bien être remplacés par une interface de saisie riche, qu'elle soit full web (ex : Google Doc) ou spécifique (Ex : une Base Lotus Notes).
- Réduction de coûts éventuellement rendus possibles

Inconvénients :

- Une gestion du changement utilisateurs (internes et externes) rendue complexe et lourde.


En conclusion :
La question de fond me semble donc être : faut-il privilégier :
- un statut quo
- une transition douce mais longue (voire pénible et incertaine, sans apport sensible d'agilité)
- une transition rapide mais porteuse de plus d'agilité et de perturbation ?

Nombreuses sont les organisations qui s'interrogent, face à une offre qui ne semble guère mature dans son approche actuelle. Et pourtant, quel moment formidable que celui que nous vivons, à la charnière de plusieurs visions du monde.

Par Fabrice Poiraud-Lambert
par Tecoman publié dans : e-Collaboration
ajouter un commentaire commentaires (6)    créer un trackback recommander
Retour à l'accueil
Contact - C.G.U. - Signaler un abus
Sitemap 10 Février 2009 , Rédigé par Tecoman Publié dans #e-Collaboration