Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

De l'usage des Tags (2) - Taxonomies, Folksonomies & Arborescences hiérarchiques

24 Décembre 2008 , Rédigé par Tecoman Publié dans #Mgt - Grands principes

Voici donc le deuxième volet de ma réflexion à voix haute concernant les implications de l'usage des tags, qui fait suite à l'étude des usages de 131 veilleurs. Mon objectif est ici de tenter de faire une synthèse de bonnes pratiques et solutions à l'usage des équipes de développement. Ne voyez nulle autre prétention dans cette synthèse que celle de me donner une vision claire à moi-même...

Conséquences pratiques des résultats de l'analyse des usages de 131 veilleurs

Avant d'aller plus loin, il me faut faire un peu de sémantique, car il existe deux grands types de tags :
 - les tags gérés de manière centrale par un administrateur seul habilité à les créer. Nous appelerons cet ensemble de tags une "taxonomie" (ou "taxinomie", puisque les deux sont possibles en fonction des influences linguistiques)
- les tags créés et gérés par les utilisateurs, sans contrôle (en théorie) d'un administrateur. Nous décrirons ces tags par le terme "Folksonomies" (fusion de "Folks", qui signifie "Gens" en anglais et "Taxonomie").

Ce que je retiens des graphiques de la première partie de cet article, c'est qu'une application utilisant les tags personnels ("Folksonomies") doit être conçue pour en gérer potentiellement un grand nombre. On le voit, cela peut théoriquement se compter en milliers, même si je doute que cela arrive à ce stade, en pratique, dans une entreprise. Quoi qu'il en soit, ceci aura un impact non négligeable sur le design des interfaces, et les fonctionnalités de navigation et de gestion de toute solution mettant les Folksonomies en oeuvre pour une population large. Bien entendu, rien n'empêche, passée une phase initiale de "chaos" permettant l'exploration et l'adoption, de recentrer les usages (et donc le nombre de tags) vers une liste plus raisonnable.

Forces & Faiblesses de la gestion par Tags

Je ne reviendrai pas ici sur ce qu'est un nuage de tags et comment cela fonctionne, puisque vous pouvez tester avec le nuage placé à droite de cet article, et que je l'ai déjà décrit plus précisément ici. Par contre, il me semble utile de faire une petite synthèse des forces et faiblesses de l'utilisation des tags, synthèse que j'aurais dû faire dans le premier volet de cet article si je n'avais pas initialement poursuivi un autre but personnel.

L'intérêt de l'utilisation des tags réside à mon sens principalement dans les points suivants :
- L'utilisateur ne se pose jamais la question de savoir quel mot-clé taper dans un moteur de recherche. Il lui suffit de choisir dans une liste (ou nuage)
- En conséquence du point précédent, la recherche aboutit toujours à un résultat, d'autant que les tags proposés seront tous associés à au moins un document.
- L'utilisateur n'a pas besoin d'entrer dans la logique des auteurs (arborescente, rigide, liée à la vision du monde et à la culture de l'auteur, qui ne laisse qu'un unique chemin d'accès possible à un document) pour trouver ce qu'il cherche, or on sait que la difficulté à trouver un document réside souvent dans cette différence d'organisation mentale du contenu entre les auteurs et les lecteurs. Et il n'est pas rare que les auteurs eux-mêmes s'y perdent...
- une information est rarement complètement décrite par une seule information. Avoir la possibilité d'associer plusieurs descripteurs (ici les Tags) permettra de créer plusieurs chemins possibles, complémentaires, pour retrouver l'information, contrairement à une organisation hiérarchique et structurée, qui finira par aboutir à des approximations perturbantes, quand elle ne devient pas franchement chaotique suite à un changement de contexte (réorganisation,...) qu'elle ne saura pas gérer sans des efforts qui peuvent se révéler lourds et coûteux pour reclasser l'information.
- L'utilisation des Tags permet de gérer un nombre important d'informations, quel que soit leur taux de croissance. Elle permet aussi d'affiner la description de l'information dans le temps, en permettant l'ajout simple de Tags, ce qui n'est pas possible dans une arborescence hiérarchique.
- L'utilisation des Folksonomies permet en outre aux utilisateurs de s'approprier le contenu, indépendemment de la vision Top-down traditionnelle.
- Le contenu explicite du nuage de Tags facilite la découverte d'informations qui resteraient sinon cachées dans les profondeurs d'arborescences obscures.
- Les tags peuvent décrire un contenu de manière plus précise que les mot-clés auxquels un utilisateur penserait lors d'une recherche, en supposant que ces mot-clés existent dans le texte, ce qui n'est pas toujours le cas.
- Les folksonomies permettent de mieux comprendre le vocabulaire des utilisateurs, voire de distinguer des communautés au travers des classifications réalisées.
- Au final, la recherche est souvent rapide, ciblée et efficace, sans que l'utilisateur n'ait besoin d'être formé ou expérimenté.

En contrepartie, la gestion par tags peut souffrir des défauts suivants :
- Si les documents ne sont pas tagués correctement ou suffisamment, il sera difficile de les retrouver en utilisant seulement les tags. Une recherche (complémentaire ou alternative) par mot-clé sera alors nécessaire.
- L'utilisation de Folksonomies peut se traduire par un léger chaos à recentrer, selon le nombre d'auteurs, afin de garder une certaine cohérence aux Tags utilisés dans l'ensemble, et ne pas nuire aux recherches.
- L'utilisation de Folksonomies peut se traduire aussi par une diminution de l'efficacité de la recherche, en augmentant le panel de descripteurs possibles pour une famille d'informations.
- Les Tags, pris isolément, souffrent d'une perte de sens lié à l'absence de contexte. "ROI" peut ainsi désigner une personne royale tout comme un "Return On Investment". C'est l'agrégation des tags sur un même document qui leur donne un sens.

Une partie des défauts des Folksonomies pourra être limité par l'assistance fournie à l'utilisateur :
- auto-complétion : la liste des tags existants sera proposée en temps réel pendant que l'utilisateur saisit ses tags, afin qu'il puisse facilement choisir l'un de ceux existants plutôt que de créer un synonyme ou un mot approchant (singulier, pluriel, accentué ou pas,...).
- une analyse statistiques ou sémantique de l'information pourra permettre de proposer des tags existants qui semblent adaptés, ou les tags utilisés sur ce contenu ou des contenus similaires par d'autres utilisateurs.

Taxonomies ou Folksonomies : des apports différents

Les Folksonomies ne sont pas une solution adaptable à toutes les situations. Il ne s'agit que d'un outil puissant et innovant dans certains contextes.

- Les Folksonomies constituent un ensemble émergent de tags, à plat, sans organisation hiérarchique structurée, créés par les utilisateurs lorsqu'ils écrivent ou classifient le contenu
- Les Taxonomies sont typiquement décrites avant même la création du contenu par des experts qui tentent d'imaginer les besoins des utilisateurs et leur démarche de recherche.
- Les Taxonomies sont centralisées de manière autoritaire, lorsque les Folksonomies laissent une vision collaborative émerger
- Les Taxonomies sont précises, sans ambiguïté, et leur organisation contribue à leur donner un contexte.

Les usages et les potentiels des deux seront donc différents :

- Les Taxonomies seront de préférence utilisées pour classifier des entités homogènes, stables, restreintes, avec une autorité centralisée et des utilisateurs experts ou formés. Il s'agit aussi d'un système coûteux à créer et à maintenir
- Les Folksonomies nécessitent que des personnes réalisent spontanément le travail de catégorisation, pour des raisons personnelles ou sociales. Elles sont "plates" et parfois ambiguës, et ne supportent pas une recherche focalisée. Cependant, elles ne coûtent pas cher, sont "scalables" et proches du langage et de la représentation mentale des utilisateurs.

Les Tags en Entreprise : le choc des cultures

L'immense majorité des outils d'entreprise reste encore à ce jour étrangère aux classifications non hiérarchiques, et donc à fortiori à des classifications plates définies par les utilisateurs eux-mêmes. Mais les choses changent, et les collaborateurs tentent de plus en plus de faire rentrer dans l'entreprise les outils qu'ils utilisent quotidiennement à titre personnel.

Les tags commencent donc à entrer timidement dans les outils professionnels, souvent à l'occasion d'expérimentation sur des périmètres limités, comme la veille ou la gestion de la connaissance. Avec une proportion importante de collaborateurs non habitués à ce nouveau mode de gestion, et à la culture collaborative qui l'accompagne souvent, la problématique est donc d'arriver à construire des solutions adaptatives et progressives, qui accompagnent les utilisateurs sur le chemin du changement, en évitant un phénomène de rejet.

Impact des tags sur la conception d'applications

Dans le volet suivant de ce article, nous essayerons d'explorer les incidences de l'utilisation des tags sur la conception d'applications de gestion de contenu.

Par Fabrice Poiraud-Lambert

Lire aussi :
- De l'usage des Tags (1) - Etude de l'usage de 131 veilleurs
- Delicious : l'indispensable compagnon du Veilleur !
- Nuages de Tags : pour simplifier la navigation et la gestion documentaire
- [Test] Personall : une solution (française) de Wiki-Portail web personnalisable
- [Test] Knowledge Plaza : La solution de veille collaborative 2.0 pour l'Entreprise
- Folksonomy : les tags en délire
- Folksonomies: power to the people


Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article