Vendredi 7 novembre 2008 5 07 /11 /Nov /2008 08:39
Voilà un article de l'Atelier qui va faire froid dans le dos de nombreux professionnels du recrutement !

Le billet s'appuit sur une étude publiée par Forrester ("How Social Media Disrupts Onlie Classifieds") qui révèle comment les outils web 2.0 en ligne permettent l'émergence de pratiques nouvelles qui luttent contre certains comportement inadaptés, et aussi parfois avec les solutions web des professionnels du recrutement.

Selon l'Atelier, "les médias sociaux changent la façon dont les particuliers cherchent des emplois en ligne, grâce à des sites où il est possible de noter son patron, comme Glassdoor.com, induisent une transparence inédite pour les employeurs. Il en va de même pour des plates-formes telles que Wikia où l'on peut partager les informations les plus diverses sur des processus d'embauche. Les postulants à un emploi peuvent notamment y communiquer l'état d'avancement de leur candidature. Ce qui pousse les employeurs à être plus responsables : ils ne peuvent ainsi plus rejeter un candidat sans lettre de refus motivée, au risque d'être vilipendés sur le Net. Chacun de ces facteurs diminue un peu plus l'opacité des processus de recrutement et oblige les ressources humaines à considérer plus attentivement les candidatures qu'elles reçoivent."

Pire, toujours selon l'Atelier, "Ernst & Young, qui embauche plus de trois mille étudiants chaque année, est de plus en plus présent sur Facebook, sur lequel il prospecte à la recherche de nouveaux talent autant qu'il répond aux questions de personnes potentiellement intéressées"

Nous sommes donc dans une situation où entreprises et candidats commencent à construire eux-mêmes leurs propres réseaux et média de recrutement, en utilisant les solutions en ligne, gratuites, mises à leur disposition. Et ils en profitent pour échanger librement, solution qu'un site d'emploi "standard" aura bien du mal à proposer en raison de la structure de coûts et des contraintes que cela impose. Et on le sait, la Gen Y accorde beaucoup d'importance aux feedbacks qu'elle obtient sur un poste, raison pour laquelle elle privilégiera les sites d'emploi collaboratifs et communiquants aux sites qui se contenteront de les informer automatiquement que "si dans 3 semaines vous n'avez pas de nouvelles considérez que nous n'avons pas retenu votre candidature"...

Si nous sommes encore loin de voir les nouveaux formats de CV (flash, JPG, vidéo,...) détrôner le bon vieux CV traditionnel en mode texte chez les recruteurs professionnels, il se pourrait donc que le Web 2.0 vienne bousculer les pratiques d'une industrie déjà sévèrement chahutée par la crise économique naissante.

Par Tecoman - Publié dans : Réseaux sociaux
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés
Sitemap