Mardi 16 septembre 2008
J'ai beaucoup aimé cette petite vidéo soulignée par David Castera à propos de la collaboration 2.0. Je vous la livre à mon tour, car elle illustre d'une certaine manière les vertues de l'intelligence collective :



par Fabrice Poiraud-Lambert publié dans : e-Collaboration
ajouter un commentaire commentaires (0)    créer un trackback recommander
Retour à la page d'accueil
Contact - C.G.U. - Signaler un abus
Sitemap
Il existe des organisations de grandes tailles (de 30 000 à 300 000 personnes) qui savent innover : 3M, WL Gore & Associates (la société qui fabrique le Goretex, et qui a un mode de
fonctionnement interne hallucinant), IBM (là, c'est tout l'un ou tout l'autre !), CISCO, Microsoft (idem IBM...). Je ne pense pas que ce soit fondamentalement la taille qui soit un frein ou un
levier. Certes, une startup aura souvent une organisation "adhocratique" naturellement tournée vers l'experience et l'absence de règle, car elle n'aura pas encore la maturité nécessaire pour
définir des normes de fonctionnement plus rigides. Mais elle n'aura pas les moyens non plus d'innover de manière coûteuse comme IBM sait le faire par exemple, ou d'avoir des collaborateurs dédiés à
la mise en place de solutions collaboratives non directement rentables.
A mon sens, ce sont les hommes (les leaders) qui font la différence par le "souffle" qu'ils insuflent dans leur organisation. La Technocratie (ou "bureaucratie mécaniste" pour reprendre un terme de
la théorie des organisations ?) n'est pas systématique dans toutes les grandes organisations : il en existe où la liberté d'entreprendre et de sortir des règles existe, mais le manque de Vision et
de compréhension des enjeux et des révolutions actuels aura souvent tendance à figer toute initiative non directement liée de manière évidente au core business. Une manière de privilégier la vision
à court terme sur le moyen ou long terme. Mais cela convient probablement tout à fait aux actionnaires...