Quantcast
Dimanche 29 juin 2008 7 29 /06 /Juin /2008 16:14

Parmi les nombreuses vidéos et présentations proposées à propos du colloque Carto 2.0, l'une traite spécifiquement de l'utilisation des nuages de tags pour, d'une certaine manière, cartographier l'information ou la segmentation de l'information par les utilisateurs.

Exemple : un nuage de Tags de Flickr.com, un système de partage de photos en ligne :

L'intérêt des nuages de tags me semble multiple :

- Ils ne font pas appel à une notion trop structurée de l'information. Des études ont démontré que moins les outils sont structurés et plus les utilisateurs s'en emparent facilement et rapidement (ex : les wiki, les blogs, le Chat,...).

- La gestion de la taille ou de la couleur des mot-clés dans un nuage permet de rendre immédiatement visible l'importance relative d'un thème dans un ensemble de documents.

- Si les auteurs peuvent mettre des tags (mot-clés) sur les documents, il est aussi possible de permettre aux lecteurs d'y mettre leurs propres mot-clés, afin de catégoriser les contenus selon leur propre schéma de pensée. Le site del.icio.us en est un exemple caractéristique.

- L'information structurée fait souvent appel, dans les outils à notre disposition, à une notion d'arborescence. C'est le cas de manière caricaturale dans les serveurs de fichiers (ou dans notre disque dur local). Retrouver le Compte Rendu d'un Comité de Pilotage sur le sous projet X du projet Y nous demande donc d'ouvrir une succession de sous-répertoires : C: PROJETS  PROJET Y SOUS PROJET X PILOTAGE  COPILS CR ... Cette arborescence est souvent le reflet de notre organisation mentale et de notre capacité à structurer nos données. Cependant, cette organisation peut-être logique pour nous et totalement incompréhensible pour d'autres. Ainsi voit-on des intranet ou des sites web dans lesquels rechercher du contenu se révèle être un véritable challenge. Utiliser des Tags (Mot-clés) présentés sous forme de nuage permet donc d'éviter au lecteur de devoir comprendre l'organisation documentaire des auteurs.

- L'utilisation des Tags permet de trouver un document sans utiliser un moteur de recherche de manière explicite. De cette manière est-on sûr de ne pas rechercher un mot-clé qui n'existe pas, ce qui est souvent une expérience désagréable. L'affinage de la sélection reste possible en sélectionnant tag après tag, comme cela peut fonctionner lorsque l'on utilise les filtres dynamiques des moteurs de recherche avancés. On trouve ce type d'affinage par exemple sur les sites techniques de Microsoft (MSDN)

Dans l'exemple ci-dessous, les deux documents répondent à deux recherches successives sur les tags "Sharepoint" et "Webpart". Le deuxième document possède en plus un 3ème tag "Survey", qui pourrait donc donner lieu à un affinage supplémentaire :
L'exemple est encore plus poussé ici : le nuage vertical assure le premier filtre, puis le nuage horizontal permet d'affiner au fur et à mesure.

- Autre intérêt de la gestion documentaire par tags : les auteurs ne sont pas obligés de créer une arborescence documentaire. Cela permet donc de réorganiser la documentation de manière simple (par remplacement de tag) au besoin. Et ceci est loin d'être neutre lors des réorganisations internes...

A ce sujet, Lotus Notes ne gère pas d'arborescence physique, donc il sera toujours relativement simple de mettre en oeuvre une assistance à la réorganisation du contenu. Sharepoint propose par contre deux options : soit une gestion d'arborescence physique (qui offre la possibilité de sécuriser chaque noeud), soit une arborescence logique (par catégorisation = tags), soit un mix des deux. A moins d'avoir une réelle contrainte de sécurité à mettre en oeuvre spécifiquement sur chaque noeud de l'arborescence, il sera conseillé d'adopter une organisation logique de la documentation (dans les listes ou les bibliothèques de documents).


Quelques contraintes :


La principale contrainte de l'utilisation des Tags est de faire en sorte que les auteurs en mettent, et qu'ils mettent des tags pertinents sur chaque document. Le fait de permettre aux lecteurs d'ajouter leur tags (et de les partager entre eux, comme sur del.cio.us) pourra complèter le travail de catégorisation des auteurs.

La contribution des lecteurs a un coté impliquant. Avec le risque cependant que des mot-clés synonymes soient créés (pluriels, singuliers,...). Ce risque pourra cependant être géré via une interface d'administration permettant de lister les Tags et de remplacer certains par d'autres afin d'harmoniser le tout, même si cette démarche est potentiellement "intrusive" par rapport à la représentation mental des lecteurs : à utiliser avec modération, donc.


En conclusion :

Utiliser les tags et les nuages de tags permettra de simplifier la gestion documentaire tant pour les auteurs que pour les lecteurs. La représentation graphique des nuages de tags pourra varier en fonction des besoins (arborescence logique, mise en exergue,...). Il n'existe pas de standard de représentation sur ce sujet.


Un nuage de tags avec mise à jour en temps réel, sur technorati.com :

Utilisation marketing d'un nuage de Tags (Source : Dominique Boulier & Maxime Crépel) :

Par Fabrice Poiraud-Lambert

Par Fabrice Poiraud-Lambert - Publié dans : Mgt - Grands principes
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés
Sitemap