Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Innovation – Partie 1 : Contexte

20 Octobre 2007 , Rédigé par Fabrice Poiraud-Lambert Publié dans #Innovation

Après la chasse aux surcoûts liée à l’explosion de la bulle Internet de 2001, l’innovation est devenue l’une des préoccupations stratégiques de nombreuses entreprises, afin de créer et maintenir les avantages concurrentiels de demain. Mais si le terme d’innovation a souvent été compris comme le résultat de la seule R&D (qui ne produit pourtant que 25% des innovations), l’un des processus d’innovation les plus productifs est probablement celui qui implique l’ensemble du personnel, et qui lui donne la motivation pour se lever le matin.
 
Selon AUCKENTHALLER & D’HUI (2003), « à ressources matérielles économiques et imaginatives équivalentes, la victoire ira aux entreprises dont les membres travaillent pour le plaisir, apprennent vite, tiennent leurs engagements, se respectent et se reconnaissent les uns les autres, passent et font passer plutôt que de contrôler des territoires de pouvoir ».
 
Dans chaque secteur, les entreprises se copient les unes les autres, lancent les mêmes produits en même temps ou presque (par exemple, Darty qui lance fin 2006 la « DartyBox », Nième bouquet de services internet), et adoptent souvent les mêmes règles de fonctionnement. Améliorer et faire vite ne suffit plus, il faut se différencier en faisant différemment.
 
D’après Françoise Conchon, directrice associée d’Insemma, institut d’étude marketing, l’un des cinq défis principaux de la grande distribution est celui de l’innovation : les consommateurs ne veulent plus d’innovation « cosmétique » vendues plus chères. Ils souhaitent maintenant de vraies révolutions.
 
L’industrie du petit électroménager renvoie un écho similaire, puisque l’innovation y est définie comme un enjeu majeur : 25% du marché est renouvelé chaque année, et 57% du chiffre d’affaires d’un magasin est réalisé sur des produits qui ont moins de deux ans.
 
En dehors de l’innovation générée par les organisations (ajout de fonctionnalités, la création de nouveaux concepts), il existe une autre forme d’innovation désignée sous le terme « d’innovation ascendante ». Cette forme d’innovation est liée aux « usages » personnels que les individus font des produits, usages qui tendent à améliorer le produit d’origine, voire à le détourner complètement pour en faire quelque chose d’autre, de nouveau ou de différent.
 
L’exemple souvent cité est celui du marché de la planche à voile, qui s’est fortement développé en s’ouvrant au grand public, grâce à une invention de jeunes surfeurs hawaïens, qui avaient bricolé des cale-pieds sur leur planche de surf pour faciliter la réalisation de figures complexes. D’autres exemples fameux concernent le SMS, le P2P, le Wifi, Wikipedia, … Plus modestement, un grossiste parisien en éléments de canalisation PCV a ainsi ouvert son business (principalement B2B) au marché des particuliers, en constatant que ceux-ci s’étaient donnés le mot pour venir acheter chez lui des éléments plastiques pour fabriquer des appareils de traitement de l’eau de mer pour aquarium marin. Il s’est donc lancé et a proposé des kits prêts à assembler de ces appareils, dont il a ensuite vendu des milliers d’exemplaires à travers le monde.
 
Internet, via les forums, les blogs et autres outils collaboratifs, permet aux communautés amateurs de partager leur créativité personnelle pour répondre à des besoins. Ces besoins peuvent être totalement nouveaux, ou résider dans la recherche du contournement d’une solution commerciale existante mais coûteuse, en la remplaçant par une solution artisanale économique, parfois ingénieuse. Les organisations se doivent de rester à l’écoute de ces communautés libres, voire de les encourager, afin de profiter de leur ingéniosité avant la concurrence.
 
L’innovation s’appuie généralement sur des informations existantes (expériences passées, études,…), qui déformées, adaptées, améliorées, donnent naissance à une idée nouvelle ou différente. La capacité intellectuelle à gérer l’information devient donc critique, surtout lorsque le savoir double tous les 7 ans, et que certains prévoient qu’il doublera tous les 72 jours en 2040 !
 
La mise en place d’un nouveau type de système d’information, adapté à cette gestion de la connaissance, devient donc critique, et cela se traduira aussi très probablement par la généralisation de l’apparition de communautés intra et inter entreprises, via l’intranetisation et l’extranetisation des systèmes d’information, afin de passer « d’une logique d’économie fondée sur l’accumulation de capital matériel vers une logique économique de production fondée sur l’accumulation collective de matière grise »
 
Selon le « Global CIO Survey 2007 » de Cap Gémini, les DSI considèrent que le nombre et la fréquence des changements vont continuer à augmenter, mais seuls 33% d’entre eux estiment être agiles, lorsque les autres (67%) disent subir ces évolutions. La mutation des DSI et des SI pour faire face aux besoins de l’innovation est donc un enjeu auquel il reste à faire face.
 
L’impact de la recherche de l’innovation sur les DSI n’est pas le seul : Innover nécessite aussi de mettre en place une nouvelle culture du management afin de réussir à impliquer l’ensemble du personnel dans un même effort.
 
En effet, la collectivité (quel que soit le domaine) a une tendance naturelle, et souvent inconsciente, à faire rentrer dans le rang les individus qui innovent, soit en imitant ce qu’ils font (banalisation de l’originalité), soit en les assimilant (dilution de l’impact de l’innovation), soit en en faisant un phénomène de mode (caricaturer l’originalité), voire en sacrifiant / éliminant les innovateurs (stratégie du bouc émissaire) afin qu’ils ne perturbent plus. Si l’innovation n’est pas reconnue comme une valeur clé, les collaborateurs innovants sont combattus par le groupe, consciemment ou non, à moins de réussir à essaimer en créant des réseaux de collaborateurs qui partagent les mêmes visions.

Voici une synthèse d'éléments permettant de déclencher et maintenir le processus d'innovation :
  
Innovation.jpg


Par Fabrice Poiraud-Lambert

Lire aussi :
-
Innovation - Partie 2 : Reformer les managers

Références :
  • GUILLAUD Hubert (2005), « De l’innovation ascendante », Internet Actu, http://www.internetactu.net/index.php?p=5995
  • GEGALD Nicole (2006), « Grande Conso, grandes mutations… », ESCP-EAP Mag N°112, décembre 2006
  • VUILLEMOT Valérie (2006), « Innovation et différenciation », ESCP-EAP Mag N°112, décembre 2006
  • AUCKENTHALLER & D’HUI (2003), L’innovation collective, Rueil Malmaison, Editions Liaisons

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article